TCA : perception & expression des limites

Pour les personnes souffrant de troubles alimentaires la notion de limite est souvent assez floue.

Nous allons aborder dans cet article, les deux principales limites qui peuvent poser des difficultés aux personnes souffrant de troubles alimentaires.

1 – La limite corporelle

La majorité des personnes vivant avec un trouble alimentaire, quelqu’il soit, vit déconnectée de son corps et notamment de ses sensations.

Quand on est coupé.e de son corps et de ses sensations, il nous manque un élément très important : la perception de nos limite en tant que personne incarnée.

Ca se s’entend souvent d’ailleurs : les personnes expriment se sentir transparentes, évanescentes (c’est parfois recherché, parfois pas).

Un peu comme Casper le petit fantôme à travers qui il est possible de passer.

Cette absence de perception des limites du corps renvoi à une perte importante de toute notion du schéma corporel et du corps contenant et contenu.

Cette notion de corps contenant et contenu, essentielle en Sophrologie phénoménologique, est souvent très anxiogène pour celles et ceux qui vivent avec un trouble alimentaire.

Parce qu’elle renvoie à l’idée que percevoir un corps contenant et contenu, est entrer en lien avec les contenus ressentis par le passé ou actuellement par le corps (ex :maltraitance, abus…) ainsi qu’avec les contenus de la conscience.

2 – La limite à poser aux autres

De la même façon, et ce de façon très cohérente en fin de compte, il est souvent difficile de poser ses limites aux autres quand on ne se perçoit pas soi même.

  • Comment connaitre ma limite de douleur si je ne sens pas mon corps?
  • Comment connaitre ma limite de souffrance si je ne suis pas connecté.e à moi même ?

Sans ces perceptions des limites internes et externes (externes, dans le sens des limites du corps) il est difficile de prendre sa place.

  • Comment prendre sa place sans avoir conscience de soi ?

Ce point est une grosse problématique que rencontrent les personnes souffrant de troubles alimentaires.

Elles expriment souvent souhaiter être moins sensibles au regard des autres (qui traverse), aux remarques (qui déchirent) etc…

Nous le savons, identifier, connaitre, reconnaitre puis poser ses limites est essentiel dans la vie d’un humain pour pouvoir vivre dans le respect de lui-même et vivre une vie épanouissante dans le respect de ses besoins.

Toutefois pour les personnes souffrant de troubles alimentaires, c’est une étape importante et difficile qui va demander un certain temps de travail.

Enfin, dans nos accompagnements, il est important de ne pas se tromper de sens : avant de travailler sur ce qui a trait à la relation aux autres, on commence toujours par ce qui a trait à le relation à soi.

Si tu souhaites découvrir comment, en tant que Sophrologue, tu peux être un soutien précieux pour les personnes souffrant de troubles alimentaires, je t’invite à découvrir le premier cycle de formation destiné aux Sophrologues diplômés ou en cours de formation.

TCA : perception & expression des limites