Hyperphagie : un petit pas à la fois

Un petit pas à la fois…

Lorsque je rencontre une nouvelle personne qui souhaite que je l’accompagne sur une problématique de troubles alimentaires, elle me partage immédiatement son objectif : ne plus vivre de crises de compulsions alimentaires.

Souvent s’ajoute le souhait de perdre du poids.

Car l’hyperphagie est un trouble alimentaire qui, lorsque les crises de compulsions sont fréquentes, impacte le poids de la personne qui en souffre.

À tel point que certaines personnes vont se trouver en surpoids ou en obésité (qu’elle soit légère, sévère ou morbide).

Plus encore que la prise de poids, c’est la souffrance rattachée au comportement induit par la présence du trouble alimentaire qui apporte beaucoup de souffrance.

Combien de mes patients m’ont partagé qu’ils ont « honte de ne pas pouvoir se retenir »….

La question de la volonté ne se pose même pas lorsqu’on vit avec un trouble alimentaire.

Elle est tout simplement impossible. Ca reviendrait à expliquer à un poisson qu’il manque de volonté parce qu’il ne vole pas (bon, le poisson volant ne compte pas et puis en vrai il saute lol)

Non, non… la volonté, le contrôle.. n’ont pas à voir avec les crises de compulsions qui constituent le quotidien des personnes qui en souffrent.

Mais surtout : guérir d’un trouble alimentaire est un résultat ambitieux.

Il est possible, soyons clairs! Je l’ai suivi, je sais qu’il est long, pas forcément agréable, mais putain il est vraiment libérateur.

Toutefois, le biais serait de perdre de vue la longueur du chemin.

 

D’où un élément important : poser des sous-objectifs.

 

Poser des jalons, des points de repères qui changeront déjà la vie du patient lorsqu’il les aura atteint.

Ainsi, nous pouvons avoir des personnes qui vont expérimenter les crises de compulsions et être à nouveau suffisamment connectée à leur corps pour sentir la faim.

Percevoir la satiété.

Vivre des crises de compulsions tout en ressentant son corps.

Aller trop vite, c’est prendre le risque de déplacer le fond de la difficulté et manquer les étapes intermédiaires.

 

Pourtant elles sont extrêmement importantes : pour avancer réellement et durablement, chaque jalon est important.

Qui définit ces jalons?

 

Le patient/client/sophronisant.
C’est lui qui sait et la qualité des échanges va permettre d’affiner certains éléments.

 

Qui lui propose un chemin pour aller de ce point A au point B ?

Le Sophrologue.

Et de point À en point B, de point B en point C etc…. on arrive à l’objectif final.

Tout en douceur. Un petit pas à la fois.

Bien entendu, ça va stimuler nos parts impatientes : celle de l’accompagné comme de l’accompagnant lol

Mais patience, confiance et persévérance sont trois éléments importants quand on accompagne une personne souffrant de troubles alimentaires.

Et en particulier d’hyperphagie, car les crises de compulsions peuvent encore être présentes un moment après le début de l’accompagnement sophrologique 😉

Pour en savoir plus, sur ce trouble alimentaire et les 6 étapes pour accompagner une personne souffrant d’Hyperphagie, je t’invite à t’inscrire à la prochaine conférence en ligne.

Destinée aux Sophrologues, dans cette conférence nous verrons ensemble ce qu’est en détail l’hyperphagie avant de nous pencher sur son accompagnement.

Pour permettre à nos patients de retrouver le goût de la vie, tout en douceur, avec respect et bienveillance. 

Hyperphagie : un petit pas à la fois