Depuis plusieurs années la question se pose quant à un lien possible entre l’arrivée d’un trouble alimentaire et la présence d’un profil Haut Potentiel.

Certains médecins sont convaincus que ce lien n’existe pas mais il leur manque un élément important : ils ne parlent que de Hauts Potentiels Intellectuels (HPI)

Par ailleurs, les test peuvent être proposés à des personnes hospitalisées ou en suivis externes.. quand leur corps ne tient plus le coup.

Donc même avec un QI de 150 quand tu es dénutrie et épuisé aucun test ne sera concluant.

Mais certains autres médecins se posent sincèrement la question.

Pas tant sur la notion de QI propre au HPI mais sur la notion de Haut Potentiel en général.

Ils cherchent alors à travailler avec des neuropsychologues pour mettre en place des études très intéressantes.

Qu’est ce que le Haut Potentiel ?

Le terme de « Haut Potentiel » est utilisé pour toute personne qui fonctionne différemment, en « plus », qu’une population standard.

Ca peut être mesurable comme pour le Quotient Intellectuel.
Ou pas… comme pour le Quotient Emotionnel.

Le terme de « Douance » fait plutôt référence au HPI (donc avec la notion d’un QI particulier).

Le Haut Potentiel Intellectuel :

  • « Validé » par un QI supérieur à 130
  • Hypersensibilité
  • Pensées en arborescence… ou pas
  • Synesthésie (Sens plus développés et une façon particulière de les vivre : mots en couleurs; mots en texture; gout; sons en couleur)
  • Se trouvent en majorité dans leur tête
  • Facilement peu présents dans le corps
  • Ils ressentent émotions, bien entendu, mais il y a un grand besoin de les comprendre, de les analyser.

Un blocage automatique de ce qui n’a pas de sens ou ne peut être intellectualisé se met en place naturellement.

Haut Potentiel Emotionnel :

  • Pas de validation « chiffrée »
  • Hypersensibilté
  • Pensées en arborescence.. ou pas
  • Majorité du temps dans les émotions, les sensations
  • Difficultés à mettre des mots sur ce qu’ils ressentent
  • Emotions sont facilement débordantes
  • Très sensibles émotionnellement

Par rapport aux troubles alimentaires :

On retrouvera beaucoup de personnes avec un profil HPI dans les troubles restrictifs et restrictifs/compulsifs, comme dans l’anorexie par exemple ou tout est vécu dans la tête.
Et chez qui nous retrouvons le besoin de comprendre pour permettre que ça se passe.

Le corps n’est pas vécu comme étant nécessaire.

Le fonctionnement de ce type de trouble alimentaire, implique de ne pas ressentir si ce n’est pas « validé » par la tête.

On retrouvera beaucoup de personnes avec un profil HPE dans les troubles exclusivement compulsifs. Comme l’Hyperphagie par exemple.

Ici tout est dans les émotions et les sensations.

Bien entendu, ces personnes ressentent même si la tête ne comprends pas.

Pour intégrer quelque chose, il faut de l’émotion, pas de l’explication.

Les mots sont moins importants que les sensations.

Dans l’accompagnement sophrologique :

Pour les HPI chemin de la tête vers les sensations.

Il est donc question d’apprendre à faire confiance au corps sans que l’intellect ne vienne tout canaliser, analyser etc

Attention : pas question de lui dire « on arrête le mental » !
C’est débile car le mental ne s’arrête pas et qu’on en a besoin.

Ici on lui laisse juste moins de place pour que les sensations en aient.

Mais le mental est toujours là et c’est normal.

Pour les HPE, le chemin va être des sensations vers la tête.

Les comprendre ainsi que leurs déclencheurs pour moins les craindre et les fuir.

Attention : pas question de lui dire que toutes les sensations ont un sens à trouver par la tête !

Il est encore question ici de cette juste place pour que les sensations trouvent des mots et des résonances.. ou pas.

Pour les deux, il est question d’apprendre à laisser la place aussi bien à la tête qu’aux sensations.

C’est comme un réglage. Qui va permettre de vivre plus en lien avec soi et non coupé ou débordé par les sensations.

Pour découvrir les différents troubles alimentaires, je vous invite à découvrir le premier cycle de formation à l’accompagnement des troubles alimentaires. Ce cycle est destiné aux Sophrologues diplômés ou en formation.

Comments are closed