Aujourd’hui je voudrais vous parler d’une expérience particulière que traversent certaines personnes : vivre avec un trouble alimentaire et un diabète.

De façon générale, l’impact des troubles alimentaires sur la santé est important.

A court terme, il est fréquent de trouver par exemple, l’installation d’une aménorrhée, une perte cheveux, une hypertension ….

Ainsi qu’une thyroïdite, le développement d’une ostéoporose… à plus long terme.

Pour les personnes souffrant de diabète, vivre avec un trouble alimentaire peut être très dangereux à différents niveaux.

Ici encore, le degrés de risque va être différent selon type de diabète.

Pour une personne souffrant de diabète de type 1, la prise d’insuline est obligatoire au quotidien.

Les personnes souffrant de troubles alimentaires restrictifs prenant de l’insuline au quotidien ont un levier efficace pour l’action « perte de poids ».

Il « suffit » en effet de modifier la prise d’insuline en en prenant moins.

Contraignant ainsi le corps à chercher des ressources plus profondément … avec des risques importants pour la santé.

Dans ce cas, le trouble alimentaire restrictif est difficile à diagnostiquer car les injections d’insuline en moins ne sont pas faciles à identifier.

(La majorité des personnes diabétiques, même les adolescents, sont autonomes dans le suivi de leur traitement).

S’il y a compulsions alimentaires, le danger est aussi important.

Si la pratique des purges (quelque soit le type) suit les crises de compulsions, le danger sur la santé est lié non seulement aux purges.

Mais aussi aux conséquences d’un diabète instable pour la santé.

A noter, que le fait de baisser la dose d’insuline, est une forme de purge propre aux personnes diabétiques.

S’il y a compulsions sans purges, le danger est principalement l’expérience d’hyperglycémies.

La majorité du temps, une réponse avec une prise d’insuline sera nécessaire pour faire baisser la glycémie et limiter le temps passé en hyperglycémie.

Cette réponse sera alors celle nécessaire pour faire baisser la glycémie et non pour engendrer une perte ou stabilisation de poids.

Elle sera donc idéalement dosée.

C’est encore différent si la personne vit avec un diabète de type 2.

Dans ce type de diabète, le traitement est différent selon les personnes et leur âge (il y a des traitements par médicaments, par insuline, parfois un mélange des deux)

Le risque lié aux troubles alimentaires, est de perturber durablement la glycémie.

S’il y a restriction, la personne va enchaîner les hypoglycémies (si elle suit bien son traitement)

En cas de compulsion, la personne va enchaîner les hyperglycémies.

Ce qui est d’autant plus dangereux pour les personnes qui ont traitement médicamenteux par voix orale.

Car dans ce type de traitement, on ne modifie pas le nombre de comprimés en fonction de la glycémie.

Tous les troubles alimentaires peuvent favoriser l’installation d’un diabète instable. Entrainant des risques importants sur l’état de santé général.

En Sophrologie, nous tenons compte de la présence du diabète et des stratégies du trouble alimentaire.

Nous allons ainsi souvent retrouver chez les personnes souffrant de TCA et de diabète, un lien souffrant avec la présence du diabète au quotidien.

Voir une forme de rejet profond de la présence de cette maladie chronique.

Un accompagnement en sophrologie peut également permettre de libérer la parole auprès des soignants. Et offrir aux consultants la liberté de parler avec leurs médecins de ce qu’ils traversent.

Nous offrirons une belle opportunité d’investir le corps encore plus profondément.

Vous êtes Sophrologue et curieux sur ce que nous pouvons apporter aux personnes diabétiques ?

Je vous invite à découvrir la formation « Sophro’Diab » destinée aux Sophrologues diplômés ou en fin de formation.

Cette formation traite uniquement du diabète.

L’aspect Diabète et Troubles Alimentaires fera l’objet d’une formation de perfectionnement réservées aux personnes spécialisées dans les troubles alimentaires et le diabète avec moi à travers mes formations.

Comments are closed