Categories:

Quand tu accompagnes une personne qui a des troubles alimentaires, quelqu’il soit, sur son chemin de guérison, il y a un point important sur lequel je te recommande d’être vigilant(e).

 

Etre vigilant(e) parce que dans certains cas ton patient peut-être géné, voir honteux, de t’en parler.
Ou bien il va être tellement content qu’il ne va pas vouloir le partager avec toi pour ne pas que tu « gâches » son plaisir.

 

Alors quel est ce point ?

 

Ce point de vigilance c’est l’évolution d’un trouble alimentaire vers un autre.

 

Même si l’objectif ultime c’est la guérison… bien souvent il est loin au moment où ton patient vient te trouver.

 

En vrai, le chemin qui mène à la guérison est plutôt chaotique. Rarement tout lisse, de troubles alimentaires vers guérison, en deux temps trois mouvements.

 

Dans le cahos se trouvent les rechutes. Les rechutes, elles sont peu prises en considération par les accompagnants comme étant une expérience « normal » sur le chemin.

 

Elles sont souvent vues comme des « régressions », des « échecs » des « preuves que dans le fond [vous] ne voulez pas vous en sortir ».

 

Alors que ce n’est pas le cas.

 

Du coup ton patient peut-être tenté de te le cacher s’il a un doute sur ce que tu pourrais lui dire.

 

Les rechutes sont une chose.

 

Mais ce que peu d’accompagnants arrivent à percevoir c’est l’évolution :

 

  • De l’anorexie vers la boulimie
  • De l’anorexie vers l’hyperphagie
  • De la boulimie vers l’hyperphagie
  • De la boulimie vers l’anorexie stricte et violente
  • De l’hyperphagie vers la boulimie
  • De l’hyperphagie vers l’anorexie

Les patients qui vivent avec l’anorexie très restrictive tairont le fait de vivre des crises de compulsions après avoir commencé à se réalimenter plus souvent/différemment.
Par honte.

 

A l’inverse une personne qui vit avec des compulsions va taire le fait de glisser vers la restriction stricte. Par plaisir : elle se sent enfin « reprendre le contrôle » de sa vie. Elle pense avoir enfin trouvé comment ne plus vivre la violence des crises.

 

Aucune cage n’est plus dorée qu’une autre, à part dans l’imaginaire de celui qui souffre et ne sait plus voir la cage des autres tant il est aveuglé par la sienne.

 

Comment savoir repérer les signes ?

 

Il y a des signes assez visibles à l’extérieur et d’autres qui seront plus fins, qui relèveront du comportement, du positionnement, de la posture au quotidien.

 

Des signes physiques vont se coupler à des propos particulier. Des mots qui n’étaient pas présents dans le vocabulaire de ton patient vont se présenter lors des échanges. Un changement d’attitude va se montrer…

 

Pourquoi c’est important ?

 

C’est important parce que c’est habituel de passer d’un trouble alimentaire à un autre sur le chemin de la guérison.

 

C’est aussi courant que les « rechutes » (qui n’en sont pas en fait vraiment, je t’expliquerai tout ça plus en détails dans un autre partage ;)) en fait.

 

Et en en parlant avec ton patient, en créant cet espace dans lequel il se sentira en sécurité et accepté complètement dans ce qu’il vit, tu lui permettras de ne vivre ce changement que comme une étape de plus vers sa guérison à venir.

 

Pas comme un échec. Pas comme la preuve que cette personne-là « ne veut vraiment pas être aidée » ou est « irrécupérable »… (oui il y a des accompagnants qui disent ce genre de choses, à mon grand regret :/)

 

Peut-être que toi aussi aujourd’hui tu vis cette glissade.

 

Car oui, il y a des accompagnants qui vivent avec des troubles alimentaires 😉

 

Si c’est le cas et bien sache que tu n’es pas seul(e) et que ça ne remet pas en cause tes capacités à te libérer.

 

Peut-être, tout simplement, que tu accompagnes des personnes qui ont des troubles alimentaires, ou que tu souhaites le faire.

 

Si c’est le cas et bien sache que ce changement ne change pas le fond de l’accompagnement. Il te demandera « juste » de t’adapter à la réalité de ce que vit ton patient à ce moment.

 

Si tu souhaites en savoir plus sur les différents troubles alimentaires, comment créer cet espace de confiance avec ton patient dés le premier rendez-vous, la formation d’initiation à l’accompagnement des troubles alimentaires est parfaite pour toi

 

Et pour savoir comment repérer tous les signes grâce à un outil de « repérage », tu peux y ajouter la formation de base.

 

Avec les deux tu es super préparé(e) pour accompagner un changement et entretenir la qualité de tes rapports avec ton patient et la qualité de ton accompagnement.

 

A très vite pour un nouveau partage.

 

Coralie