On me demande souvent : « Pourquoi est-ce si compliqué d’accompagner une personne qui a des troubles alimentaires? »

A vrai dire, ce n’est pas compliqué. C’est souvent long, parfois fastidieux, mais le truc c’est surtout de lâcher l’idée de la guérison « rapide et facile ».

En fait, si je devais faire une analogie, je choisirais celle du guide touristique.

Imagine que tu aies envie de visiter un pays inconnu. Tu as quatre possibilités :

1 – Partir seul à l’aventure avec un sac à dos. Si tu ne vas pas trop loin… ça peut marcher. Si tu pars dans la forêt amazonienne, ce sera plus dangereux! (je l’ai beaucoup fréquentée.. il y a de la bestiole crois-moi!)

2 – Choisir le premier guide touristique qui passe. Ce dernier n’a si ça se trouve jamais mis les pieds dans le pays que tu souhaites découvrir. Il a juste prit un guide « lonely machin bidule » qu’il a lu 24 h avant de partir avec toi.

Du coup sur place…. Ben tu ne verras pas le vrai pays. Tu n’échangeras pas avec les habitants. Tu visiteras des coins divertissants, dans lesquels tous les touristes passent. Mais tu n’iras pas en profondeur.

La conclusion possible? « C’est sympa tel pays.. mais bon rien de transcendant! »

3 – Echanger avec les guides touristiques, en trouver un qui est passionné par le pays que tu souhaites visiter. Qui a prit le temps de découvrir des coins que seuls les autochtones connaissent. Des lieux où il y a peu de touristes.

Avec ce guide, tu vas découvrir des coins sans touristes, il comprendra ce dont tu as besoin, il saura ce que tu as envie de découvrir, il te montrera la beauté derrière des lieux qui te font peur.

Ce guide passionné, te fera vivre une expérience riche.

La conclusion possible ? « Ce pays est génial, j’y ai découvert des choses que je n’aurais jamais cru voir un jour! »

4 – Choisir un guide autochtone. Une personne qui vit ou a vécu de longues années dans le pays que tu souhaites découvrir.

Ce guide là, il est plus rare et te montreras des choses que seuls ceux qui ont vécu et ressentis ce qui se présente dans certains lieux peuvent te faire découvrir.

La conclusion possible ? « ce guide a parfaitement compris tout ce que je voulais voir, il m’a aussi emmené dans des lieux dont je ne soupçonnais pas l’existence »

Dans les troubles alimentaires, c’est pareil.

Ton patient/client/sophronisant, c’est celui qui va faire un voyage.

Il a besoin d’un guide.

Et le guide, c’est toi 🙂

Quel guide es-tu aujourd’hui?

Es-tu le guide qui prend un livre, reste dans les découvertes divertissantes et superficielles?

Es-tu le guide passionné? Qui est prêt à investir beaucoup de temps, d’énergie, qui veut rendre chaque voyage unique et reconnait les besoins du voyageur ?

Peut-être que, tout comme moi, tu as vécu avec les troubles alimentaires et que du coup, tu fais partie de la dernière catégorie.

Ce n’est pas dans les livres, dont beaucoup ont une vision des troubles alimentaires qui est trop à coté de ce que vivent les gens qui les subissent au quotidien, que tu trouveras de quoi réellement aider ton patient à percevoir toutes les beautés qui se trouvent déjà à l’intérieur de lui.

Sortir des troubles alimentaires est tout un voyage pour ton patient/client/sophronisant et il a besoin d’un guide qui soit vraiment conscient du terrain du pays dans lequel ils vont voyager ensemble.

Si tu souhaites devenir un guide pertinent pour les personnes qui souffrent de troubles alimentaires, je t’invite à télécharger gratuitement ton livret « 3 étapes pour accompagner une personne qui souffre de troubles alimentaires (sans repartir de zéro)« .

 

Pourquoi « sans repartir de zéro »? parce que tu es Sophrologue donc pas besoin d’une formation initiale 😉 mais bien de découvrir comment adapter tes connaissances et ta pratique actuelle !